Crédit Refusé Partout Sans Motif: Mes 19 Astuces

On vient de vous refuser un crédit sans raison ? Difficile d’obtenir les informations ? Se heurter à un refus de sa banque ou de l’organisme de crédit n’est jamais agréable. Plutôt que de chercher à tout pris à comprendre les motivations de votre banquier, penchez-vous plutôt sur les solutions. Alors, que faire quand sa demande de prêt est refusée ? Au lieu de ressasser les motifs, lisez mes astuces !

Pourquoi la banque va vous refuser votre crédit ?

D’une façon générale, une banque refuse de prêter de l’argent pour les raisons suivantes :

1. Vous avez dépassé le taux d’endettement de 30 %

En prenant en compte vos crédits en cours ainsi que le nouveau prêt que vous avez demandé, vos dettes ne doivent pas représenter plus du tiers de vos revenus. Cette marge de sécurité permet aux banques de s’assurer que vous serez en mesure de rembourser vos crédits. 

Si vous avez dépassé votre capacité d’endettement maximale (30 %), les chances pour qu’une banque accepte de vous prêter sont donc quasiment nulles. 

2. Vos revenus ne sont pas suffisants par rapport à la somme demandée

La gestion du risque est la première préoccupation des banques. C’est la raison pour laquelle elles étudient avec attention vos moyens financiers et évaluent votre capacité à rembourser.

Selon cette logique, les emprunteurs présentant de sérieuses garanties financières sont favorisés. Vous connaissez l’adage « on ne prête qu’aux riches » ?

3. Vous êtes FICP

Si vous êtes inscrit au Fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP) de la Banque de France, vous aurez peu de chance d’obtenir un prêt.

Cette inscription dans les fichiers de la Banque de France signale que vous représenter un risque pour les organismes prêteurs. Autrement dit, vous êtes « wanted ». En effet, avoir des difficultés à rembourser un crédit, c’est un clignotant rouge dans votre dossier.  

Cette inscription n’est cependant pas éternelle 

Sachez néanmoins qu’un incident de remboursement ne donne pas toujours une inscription FICP, s’il est vite résorbé.

Mais il est vrai qu’une banque qui a connu ce type d’incident avec un client en gardera souvent la trace dans ses fichiers. Si vous vous adressez à une filiale de la banque (et elles en ont beaucoup) pour emprunter, l’incident va ressortir, et le prêt pourra être refusé.

Que faire si un crédit est refusé ?

Vous avez peur d’être fiché ? Ne restez pas les bras croisés.

1. Allez voir la Banque de France

En principe, c’est la question du fichage Banque de France qui se pose en premier. La première chose à faire est de savoir si on est inscrit au FICP ou non.

Pour gagner du temps, en attendant d’être informé par la poste, il suffit de vous rendre dans une agence de la Banque de France avec une pièce d’identité. La réponse sera immédiate.

2. Allez voir votre banque

Ensuite, il faut que vous entriez en contact avec la banque qui a rejeté votre dossier, pour tenter d’en savoir un peu plus sur ses motivations, en particulier sur ses exigences en matière de crédit et sur la note qui vous a été attribuée.

Profitez-en pour lui demander s’il y a de informations vous concernant dans leur dossier, et qui pourraient vous être préjudiciables pour une demande auprès d’un autre établissement.

Quoi qu’il en soit, sachez que l’inscription au FICP est soumise à des règles 

  • Vous devez être tenu informé en amont que vous allez figurer sur le FICP.   
  • Vous devez également bénéficier d’une période de 30 jours avant l’inscription pour régulariser votre situation.
  • Si vous avez procédé au remboursement, l’incident est clos et votre inscription doit être annulée.

Un prêt refusé partout : mes solutions !

La banque n’a pas voulu vous accorder un prêt à la consommation ? Elle vous a annoncé qu’elle ne vous prêterait pas d’argent ? Ne restez pas les bras ballants face à l’adversité.

J’ai écrit quelques articles sur le sujet dans ce blog que je vais vous résumer ici. N’hésitez pas à vous rendre sur les liens en fin de paragraphe pour en savoir plus sur les sujets que je vais évoquer.

1. Pensez à la solution des particuliers

Les particuliers qui peuvent vous donner de l’argent : votre famille ou vos amis. Mais ils ne sont pas les seuls. Il y a dans ce beau monde des milliardaires et des philanthropes qui aident leur prochain.

Il y a aussi des particuliers qui peuvent vous prêter de l’argent, avec intérêts. Néanmoins, vous devez rester méfiant sur le sujet : les arnaques y sont légion.

Retrouvez ici mon article complet sur ces particuliers qui donnent de l’argent.

2. Pensez aux prêts de la CAF

Il y a toute une batterie de prêts faits pour vous. Car vous ne le saviez peut-être pas, mais la Caisse d’allocations familiales (CAF) aide ceux que les organismes bancaires ne veulent pas aider.

Pour connaitre la longue liste des prêts CAF, c’est ici !

Bien souvent, il faut répondre à certaines conditions : être allocataire, avoir un ou plusieurs enfants à charge… Quant au remboursement, il sera de quelques dizaines d’euros par mois, retirés sur vos allocations de manière à ce que cela soit indolore.

Le prêt pour payer vos factures

Ça marche aussi pour le loyer ! Si vous vouliez emprunter de l’argent parce que vous aviez des loyers en retard ou des factures impayées, tournez-vous vers votre CAF. Peut-être a-t-elle une solution à vous proposer, même si ce n’est pas toujours le cas.

Lisez l’article complet.

3. Pensez aux bons de la CAF

Ce sont des subventions sous forme de chèques.

Partir en vacances

Là encore, si votre désir de crédit venait d’une envie de partir en vacances avec votre famille, sachez que vous pouvez obtenir des aides. Certes, les sommes ne sont pas énormes, mais les bons vacances CAF gagnent à être connus.

Se payer des loisirs

Dans la même série que les vacances, vous avez aussi les loisirs. À lire : les bons d’aide aux temps libres.

4. Meubles, voiture ou travaux : la CAF peut aussi vous aider

Besoin de meubles

Une des principales raisons des prêts à la consommation concerne le besoin de se meubler. Connaissez-vous le crédit de la CAF pour acheter du mobilier ?

BON À SAVOIR : être interdit bancaire ne vous exclut pas d’office du processus.

Besoin d’une voiture

C’est là encore une des raisons principales pour demander un prêt.

Si aucune banque ne veut vous prêter, essayez d’obtenir le prêt d’honneur de la CAF pour acheter une voiture. Vous avez vos chances, surtout si vous en avez besoin pour aller travailler. Risquer de perdre votre emploi peut être un motif de décision positive.

Besoin de faire des travaux

Si votre logement tombe en lambeaux ou que vous devez absolument l’adapter à votre handicap, la CAF peut vous octroyer un microcrédit pour des travaux exceptionnels.

Certaines CAF l’appellent aussi le prêt préventif.

5. Pensez à contacter les associations

Il existe des associations qui peuvent vous permettre d’obtenir un microcrédit. Cet argent vise essentiellement à vous aider dans votre réinsertion professionnelle.

Vous ne pourrez pas vous en servir pour acheter un logement, mais plutôt pour retrouver du travail et ne pas perdre le vôtre.

À lire : le microcrédit de l’association Emmaüs.

Le cas particulier d’un refus de crédit immobilier

Acquérir un bien immobilier, commence d’abord par devoir signer une promesse de vente, qui a valeur d’accord de principe en attendant d’obtenir votre crédit bancaire.

Mais que faire avec le compromis de vente si vous n’obtenez pas l’emprunt demandé ? Vous pouvez malheureusement passer à côté d’une bonne affaire immobilière, et c’est rageant.

Pourquoi le crédit peut-il être refusé ?

Les banques décident librement des clients auxquels elles souhaitent prêter de l’argent.

En effet, chaque organisme de crédit suit des procédures et règles internes de validation des demandes de crédit. Si le particulier emprunteur satisfait aux conditions fixées, son prêt lui sera accordé.

Les exigences en termes de capacité de remboursement peuvent varier d’un établissement bancaire à l’autre. Même chose concernant la façon de noter vos revenus et vos charges.

Les solutions que vous devez mettre en place pour avoir un crédit immobilier

Face à un refus de crédit, il ne faut pas s’entêter auprès de l’établissement bancaire. Votre temps doit servir à tout faire pour présenter un meilleur dossier, préférablement à une autre banque.

N’oubliez pas, lors de la promesse de vente, de faire inclure la condition suspensive d’obtention du prêt.

Votre crédit immobilier est refusé partout ? Mes 12 solutions :

1. Faites baisser votre taux d’endettement

Voyez s’il est possible de baisser votre taux d’endettement en augmentant votre apport personnel.

Car n’oubliez pas que si vous devez rembourser l’équivalent de plus de 33 % de vos revenus mensuels, vous vous mettez dans une situation inextricable.

Concernant les petits crédits en cours qui peuvent traîner, mieux vaut les solder avant de présenter votre dossier dans une autre banque. Les crédits à la consommation font tâche quand on fait une demande de crédit immobilier.

2. Allez voir ailleurs si l’herbe est plus verte

Deuxièmement, si votre dossier vous semble bon, il faut le présenter ailleurs. Faîtes la tournée des banques, qu’il s’agisse de banques classiques ou de banques spécialisées.

Elles n’ont pas toutes les mêmes critères d’acceptation, donc peut-être que vous tomberez sur la bonne. Ne dit-on pas “Une de perdue, dix de retrouvées” ? 

Si une banque considère votre profil trop risqué pour vous prêter une grosse somme, peut-être qu’une autre prendra ce risque pour vous avoir comme nouveau client. Les us et coutumes bancaires sont impénétrables !

3. Passez par un courtier

Faire appel à un courtier n’est pas non plus une mauvaise idée. Un courtier professionnel connaît bien les établissements financiers et sera à même de négocier un bon taux d’intérêt.

Il peut donc vous débloquer une situation, rien qu’avec son réseau et sa réputation auprès de ses partenaires.

Bon à savoir : il y a des courtiers dont la spécialité est de s’occuper des cas difficiles. Si vous en faites partie, recherchez-en un.

4. Pensez à épargner

Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire, mais arriver en face de son banquier en lui montrant que vous savez économiser de l’argent, c’est plutôt un très bon point !

En plus, vous aurez un apport à mettre dans la balance, ce qui a de fortes chances de faire pencher votre dossier dans la bonne direction.

5. Venez au rendez-vous avec un dossier plus solide

Ce qui pêche sûrement si ça fait un moment qu’on vous claque la porte au nez lors de vos démarches pour trouver un crédit immobilier, c’est que votre dossier n’est pas suffisant pour emporter l’adhésion.

N’allez donc pas à la bataille la fleur au fusil, et n’entamez les démarches que lorsque vous êtes réellement prêt, c’est-à-dire quand vous avez mis tous les éléments en place : épargne, apport, emploi…

6. Ne négligez pas votre budget dans les mois qui précèdent

Quand vous allez déposer un dossier, la banque va vous demander vos relevés bancaires des 6 derniers mois. Vous êtes libre de considérer cela comme une intrusion dans votre vie privée, mais vous n’avez pas trop le choix.

La banque va ainsi regarder vos dépenses, en profiter pour voir si vous avez récemment contracté des crédits, et surtout si vous savez gérer votre budget. Sous-entendu : si vous ne souffrez pas de découvert chronique.

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire pour donner l’impression que vous êtes un bon élève.

7. Soldez votre découvert

C’est la suite du point 5. On ne vous demande pas non plus l’impossible : si vous dépassez la ligne jaune de 30 €, personne ne va crier au loup.

C’est le découvert chronique qui est vu d’un mauvais oeil, même si les agios, eux, sont plutôt bien vus par votre banque. Allez comprendre !

8. Revoyez vos ambitions à la baisse

Voir grand c’est bien, mais parfois ce n’est pas réaliste. Peut être que si votre dossier bloque, c’est que vous demandez trop par rapport à ce que vous gagnez.

Une chambre en moins dans vos recherches immobilières peut faire la différence en termes de prix… Charge à vous de revendre un peu plus tard, puis de racheter plus grand.

Le saviez-vous ? Les banques aiment les biens qui sont bien situés. Elles ont plus confiance dans le centre-ville que dans les banlieues. Reste que le prix n’est pas le même. C’est l’histoire du serpent qui se mord la queue.

9. Empruntez sur une plus longue période

Je sais ce que vous allez me dire : plus on emprunte sur une période courte, et plus le taux d’intérêt est bas.

Oui, mais plus vous empruntez sur une durée longue, plus votre mensualité sera faible, et du coup vous avez plus de chance de rentrer dans les clous du taux d’endettement de 33 %. Ça mérite d’être réfléchi.

10. Sollicitez des aides

Si vous êtes un primo-accédant (premier achat immobilier), il y a forcément une aide quelque part qui est faite pour vous. Des dispositifs publics ont été créés pour vous permettre de devenir propriétaire de votre logement.

Quels sont-ils ?

  • Le Prêt à taux 0 % (PTZ). 
  • Le Prêt Action Logement (PAS et ex-1% logement). 
  • Le Crédit logement…

Si vous savez les utiliser à bon escient, il se peut que votre banquier lâche du lest.

À lire aussi : banque qui accepte les crédits immobiliers facilement.

11. Faites appel à une banque spécialisée

Les banques généraliste ne sont pas toujours les meilleures prêteuses.

Pour un achat immobilier, passer par une banque spécialisée vous permet de bâtir un financement sur mesure. En plus, elles sont habituées, puisqu’elles traitent des dossiers de crédits immobiliers toute la journée.

12. Les erreurs à éviter

Pour résumer (et pour faire simple) voici les points que vous devez travailler :

  • Vous ne devez pas dédier plus de 33 % de vos revenus mensuels au paiement de votre mensualité.
  • Vous devez prévoir un reste à vivre qui vous permette de ne pas (trop) changer vos habitudes.
  • Votre nouvelle mensualité de remboursement ne doit pas trop excéder le montant du loyer que vous payiez.
  • Pas de prêts à la consommation : soldez-les !
  • Ayez une situation professionnelle stable. CDD, chômeurs et intérimaires, lisez comment emprunter dans cette situation.
  • Si vous êtes en procédure de divorce, finissez-la avant de vous lancer dans un achat immobilier (les banques n’aiment pas ça).

Dossier LOA refusé

La pierre pose problème, mais la voiture aussi.

La location avec option d’achat (LOA)  peut être également refusée. Cela arrive à beaucoup d’entre nous. Ça fait partie des côtés négatifs de la LOA. Mais c’est souvent un mal pour un bien.

Les avantages de prendre une LOA

Par rapport à un crédit, la location avec option d’achat présente un gros avantage : des petites mensualités. Mais à bien y regarder, c’est le seul.

Les risques d’une location avec option d’achat

Mieux vaut que vous les connaissiez avant de vous lancer, surtout si vous êtes dans une phase où vous avez des difficultés financières.

Sachez donc :

  • Que le véhicule ne vous appartient pas.
  • Que quand vous allez lever l’option d’achat, sa valeur aura chuté (celle du véhicule, pas du montant de l’option).
  • Que si vous ne transformez pas l’essai (c’est-à-dire si vous ne l’acheter pas), on peut vous facturer des frais de remise en état et des pénalités.
  • Que si vous avez un accident, l’assurance ne couvrira pas tout.
  • Que si vous ne payez pas vos loyers, vous pourrez vous retrouver avec un contrat annulé ou face à une demande de payer le solde ainsi que des pénalités, et pourquoi pas l’obligation de lever l’option d’achat ! La totale !

La LOA est donc pleine de pièges et peut même vous mener au surendettement si vous n’avez pas les moyens de vos ambitions.

 Votre demande de crédit est refusée partout, même avec un CDI ? Les infos à suivre vont pouvoir vous aider à emprunter :

Crédit Refusé Partout Sans Motif: Mes 19 Astuces
Note