Micro Crédit Social Banque Postale: RSA & Petit Salaire

Emprunter avec un petit salaire, même quand il s’agit d’un montant peu élevé, ça peut être compliqué. Les banques et les établissements de crédits ne sont pas des philanthropes. Pour une petite somme à emprunter en urgence le microcrédit est une bonne formule si vous êtes au RSA ou si vous gagnez peu. Penchons-nous un moment sur celui de la Banque Postale.



Le refus de crédit de la banque

Si vous lisez cet article, vous avez sans doute déjà du recevoir un refus de votre banque pour votre emprunt, ou alors vous supposez fortement qu’elle vous dira “non” quand vous irez pousser sa porte.

Si vous faites partie des catégories suivantes, c’est vraisemblablement ce qui arriva :

  • Au RSA.
  • Sans revenus.
  • Au chômage.
  • Au SMIC.
  • En CDD
  • En intérim.
  • Avec des revenus irréguliers.

Bien sûr, si vous gagnez 1 000 € par mois, c’est mieux que 0 €. Sauf que même en travaillant, ce n’est pas une garantie de pouvoir emprunter, même s’il s’agit d’un prêt de 3 000 € ou moins.

Lire à ce sujet comment faire un prêt sans passer par une banque.

Le microcrédit

C’est là qu’intervient le microcrédit. Il a 2 objectifs : la réinsertion sociale et en finir avec l’exclusion du crédit bancaire.

Avec un microcrédit, vous allez avoir la possibilité

  • De faire un petit prêt qui va vous permettre de créer votre entreprise.
  • De pouvoir acheter de l’électroménager pour votre logement.
  • De pouvoir meubler décemment l’endroit où votre famille vit.
  • D’acheter une voiture si vous êtes demandeur d’emploi et que vous en avez besoin pour votre futur travail.
  • De vous en sortir malgré votre situation personnelle et professionnelle précaire.
  • De vous payer une formation qualifiante.
  • De passer votre permis voiture ou poids lourd (avec un projet d’accès à l’emploi derrière)…

Avec ce petit prêt, vous pouvez vous en sortir quand les choses deviennent compliquées, surtout quand l’amélioration de votre situation personnelle est soumise à votre faculté d’emprunter, même s’il s’agit d’une faible somme d’argent.

Pour résumer :

  • Emploi.
  • Mobilité.
  • Formation.
  • Apprentissage.
  • Logement.
  • Santé.

Les domaines qui sont exclus

Avec un microcrédit, vous pouvez agir sur les choses et les secteurs que je viens de citer. Mais cet argent ne peut pas servir à tout faire. Ainsi, vous ne pourrez pas :

  • Rembourser vos dettes.
  • Payer vos crédits.
  • Combler vos retards de loyers.
  • En finir avec votre découvert bancaire.
  • Régler vos factures du quotidien.

Les condition à remplir pour avoir ce mini prêt

Vous vous en doutez : tout n’est pas permis, et pas à n’importe quel prix. Ainsi, le microcrédit ne concerne que les projets de vie en-dessous de 3 000 €, somme maximale qu’il est possible d’emprunter par ce biais.

Important : il s’agit ici de l’équivalent d’un prêt personnel qui n’a rien à voir avec le crédit renouvelable.

Une capacité de remboursement suffisante et stable

De plus, il faut quand même que vous ayez la capacité de remboursement suffisante pour faire face aux échéances de votre crédit, même si le remboursements se fait avec de faibles mensualités sur une durée de 3 ans.

L’important est de pouvoir faire face aux échéances sans que votre famille en souffre.

Les raisons qui peuvent entraîner un refus

Ce n’est pas parce que le microcrédit est fait pour les plus démunis que tout le monde peut l’obtenir.

Le surendettement

Rappelons que les personnes surendettées, ou celles en passe de déposer un dossier de surendettement ne sont pas concernées par le dispositif.

On peut facilement comprendre pourquoi : Rien ne sert d’aggraver les choses en prêtant de l’argent à quelqu’un qui n’a pas les moyens de rembourser l’emprunt.

Comment intervient La Banque Postale ?

La Banque Postale est partenaire d’associations qui sont habilitées à monter des dossiers de microcrédits.

Dans le “monde” du microcrédit, c’est maintenant un acteur majeur avec 10 % de parts de marché, notamment grâce au dispositif d’aide complet qu’elle a mise en place.

Les associations partenaires 

  • La Croix-Rouge française.
  • L’ADIE (Association pour le Droit à l’Initiative Économique).
  • Les Restaurants du Coeur.
  • Le Secours Catholique.
  • L’UDAF (Union Départementale des Associations Familiales).

Ces associations accompagnent les demandeurs dans 76 départements. Des milliers de microcrédits sont faits chaque année, qu’ils soient professionnels ou personnels.

Voici comment la Banque Postale et les partenaires se répartissent le travail :

La Banque Postale va :

  • Vous accueillir.
  • Identifier votre projet.
  • Vous informer sur le dispositif.

Les associations vont :

  • Analyser votre situation budgétaire.
  • Monter votre dossier.
  • Vous accompagner pendant le remboursement du prêt.

1. Le microcrédit personnel

Le microcrédit personnel est destiné à tous ceux qui sont économiquement fragiles, comme les allocataires du RSA par exemple.

La Banque Postale travaille main dans la main avec la structure spécialiste du microcrédit personnel, l’institution de microfinance Créa-Sol, ainsi qu’avec les associations listées ci-dessous.

Cette organisation permet d’aller beaucoup plus vite : les demandeurs étant face à une situation d’urgence, ils doivent attendre le moins possible pour se voir octroyer leur crédit.

Ainsi, si vous faites une demande de crédit à la consommation à La Banque Postale et qu’elle le refuse, elle vous parlera sûrement du dispositif de microcrédit personnel mis en place par la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et vous orientera vers le bon interlocuteur.

Créa-Sol

Cet anagramme est celui de crédit, accompagnement et solidarité. Tout est dit dans ces 3 mots, ou presque.

Créa-Sol est une association de microfinance qui fonctionne comme une banque, sans en avoir les “mauvais” côtés. Sa mission : aider les exclus du système en leur donnant les moyens financiers de s’en sortir.

La numérisation au service de ceux qui ont besoin d’argent

Vous le savez : le temps c’est de l’argent. Parfois, la situation exige que le dossier de prêt avance vite, afin que la somme soit versée rapidement.

L’association entre La Banque Postale et Créa-Sol a permis de créer l’outil numérique le permettant.

Toutes les pièces du dossier sont numérisées, ainsi que les pièces justificatives. Même la signature de l’offre de prêt peut se faire électroniquement.

Si vous ne pouvez le faire vous-même, alors votre référent Créa-Sol numérisera lui-même toutes les pièces. Alors vous allez me dire qu’est-ce que cela change au niveau des délais ?

La réponse interviendra 2 fois plus vite : 5 jours ouvrés au lieu de 10 jours. Ensuite, le dossier est transmis à des partenaires sociaux, comme La Croix Rouge par exemple.

La Croix Rouge

Dans le cadre de cet accord avec La Banque Postale, c’est l’organisme financier qui décidera de l’attribution du prêt, même si le dossier est monté par l’association.

Cela limite les risques d’impayés, l’emprunteur pouvant aussi bénéficier de l’accompagnement de La Croix Rouge pendant le temps où il rembourse l’emprunt.

Le remboursement

La limite est fixée à 3 ans. Faites le calcul, ça fait 83 € par mois à rembourser pour cette somme de 3 000 €. Il faut y ajouter les intérêts de 4 %, dans le cas d’un dossier examiné et monté par La Croix Rouge.

2. Le microcrédit professionnel

Si vous êtes un client de La Banque Postale et que vous souhaitez lancer votre petite entreprise, alors vous pouvez être éligible à cette offre. Parlez-en à votre conseiller. Il vous mettra en contact avec l’ADIE, qui accordera et gèrera le prêt.

Par contre, actuellement, vous ne pouvez pas bénéficier de ce dispositif sur toute la France. Seules 15 villes en Zones Urbaines Sensibles (ZUS) sont concernées.

Le projet est pour l’instant en mode « pilote », en particulier dans des villes du 93, mais pas seulement : Bordeaux, Roubaix et Poitiers, pour ne citer qu’elles, font aussi partie des heureuses élues.

La plateforme « e-credit Pro »

Si vous contactez votre Banque Postale pour des besoins professionnels et qu’elle refuse de vous prêter de l’argent, elle vous dirigera vers l’ADIE (Association pour le droit à l’initiative économique) si vos besoins sont inférieurs à 10 000 €.

L’association prendra alors le relai pour peut-être vous permettre de lancer votre boîte avec succès en vous prêtant un petit montant.

L’ADIE

Etre micro entrepreneur, c’est un vrai challenge, surtout à l’heure où impôts et taxes font mal à ceux dont le chiffre d’affaires commence à peine à décoller.

Mais avant d’en arriver là, il faut des sous pour monter votre boîte. Comment faire quand on n’a pas un rond mais des idées ? L’ADIE pardi ! surtout dans les zones urbaines dites sensibles.

Les micro entrepreneurs qui savent où ils vont, qui ont un projet solide et de l’envie à revendre peuvent accéder au microcrédit. C’est un parfait coup de pouce financier pour se lancer dans le grand bain.

Comment se passe le partenariat ?

La Banque Postale ne se contente pas de financer les projets dans lesquels elle croit. Elle va beaucoup plus loin en détectant les futurs créateurs directement dans les agences postales, via le réseau des guichets et des conseillers financiers.

Les nouveaux entrepreneurs sont donc orientés à la fois vers l’ADIE, et à la fois vers la Banque Postale, ce qui leur permet de se développer et de mener à bien le projet professionnel en cours.

La rumeur dit que dans un futur proche, il y aurait la même collaboration en ce qui concerne l’assurance et l’épargne, le tout toujours en mode micro. Riche idée.

Ce qui est certain, c’est que vu le nombre d’agences, La Banque Postale est près des gens pour les opérations du quotidien, mais aussi pour des besoins plus spécifiques liés au financement, comme peut l’être le microcrédit. Espérons juste que cela va durer.

Pour les petits revenus qui ont besoin d’emprunter, lire notre sélection d’articles sur le même sujet :