PTZ et APL accession : une année de sursis pour les primo-accédants ?

Le premier achat immobilier n’a rien d’une sinécure pour les jeunes couples (et les moins jeunes, et les célibataires) qui se lancent. Le prêt à taux zéro et les APL Accession ont permis à de nombreux ménages de sauter le pas, et de convaincre leur banquier quand leur apport personnel était trop juste. Emprunter moins, c’est devoir moins d’argent et donc avoir un pouvoir d’achat un peu plus important. Mais la machine a faire des économies est passée par là, et beaucoup se demandent si ces cadeaux tombés du ciel vont continuer pour les primo-accédants.

Les APL Accession finalement maintenues pour 1 an !

Toutes les réformes ne sont pas toujours bonnes, et le gouvernement adonné un peu plus de temps aux ménages modestes pour leur permettre d’acheter leur résidence principal. C’est vrai que ce dispositif coûte cher à l’état, mais il permet entre autre à ceux qui se sont endettés pour acheter et qui ont le malheur d’avoir vu leurs revenus dégringolés depuis de sortir la tête de l’eau. Ce n’est d’ailleurs que pour eux qu’il était question de le conserver.

Mais ils sont nombreux ceux qui ne peuvent pas toujours contracter une grosse mensualité

L’aide de l’APL est versée à la banque, et vient en déduction de ce que leur rembourse mensuellement le ménage allocataire. L’endettement est donc moindre, ce qui permet d’accéder plus facilement à la propriété. Bon, même si elle finira peut-être par disparaître, et une année de gagnée, c’est déjà ça de pris pour plus de 30 000 familles actuellement bénéficiaires du dispositif.

Qui peut en bénéficier

Les très pauvres ne peuvent pas acheter, les très riches n’ont besoin de rien, mais entre les deux, il y a toute une catégorie de population qui rêvent d’être propriétaire mais qui a des moyens limités pour cela. Ce sont souvent les jeunes couples qui s’installent, et qui quittent leur location parce qu’un bébé arrive.

Il faut donc s’agrandir, période idéale pour un achat. Mais quand on ne gagne pas des mille et des cent, comment faire ? Les APL Accession ont été créé pour cela, les faire disparaître serait un coup important porté au français moyen.

Perdre ou gagner ?

Car si on n’achète pas, on loue, et c’est de l’argent à fond perdu, qui serait mieux employé à rembourser un crédit, au moins son argent travaille pour soi, et pas pour quelqu’un d’autre.

Et quand on voit le montant des loyers dans les grandes villes et en région parisienne, on comprend pourquoi il vaut parfois mieux rembourser un prêt. Surtout que les crédits baissent, ils sont même arrivés à un seuil historiquement bas, moins de 3%, ce n’est donc pas le moment de décourager les primo-accédants.

Reconduction du PTZ mais jusqu’à quand ?

Là encore, on pousse un ouf de soulagement, puisqu’un nouveau prêt à taux zéro est venu relayé l’ancien, encore plus avantageux. Rappelons l’intérêt du dispositif : une capacité d’emprunter une certaine sans régler des intérêts dessus, ce qui vient donc augmenter l’enveloppe que les bénéficiaires ont pour acheter. Bien sûr, il y a des conditions de ressources, et si vous gagnez v-bien votre vie, oubliez le.

acceder à la propriété

Important : il faut que l’achat soit fait dans le neuf (même s’il se dit que l’ancien est concerné aussi s’il a la performance énergétique adéquate), que ce soit le premier (sauf conditions particulières), qu’il s’agisse d’un appartement ou d’une maison, et que le bien en question concerne la résidence principale, et que celui-ci entre dans une catégorie basse de dépense énergétique.

De plus, la valeur du bien doit être limitée (vous allez devoir laissez vos rêves de piscine à la porte, à moins de la faire construire par la suite). En fonction de tous ces éléments et de la composition de sa famille et du montant de ses revenus sera déterminé le montant auquel on peut prétendre.

Les nouveautés

Les plafonds ont été un peu bousculés, qu’il s’agisse des ressources des demandeurs, de la somme du PTZ ou des durées de remboursement. Globalement, il y aura plus de bénéficiaires concernés, à condition d’acheter dans les bonnes zones, celles qui n’ont pas le vent en poupe. Le montant varie selon l’emplacement géographique du bien. Attention : toutes les banques ne le propose pas, il faut avoir passé un accord avec l’état pour cela.

Emprunter avec un prêt à taux 0

Si vous pouvez en bénéficier, ne vous privez pas, vous êtes forcément gagnant, car les intérêts de votre emprunt principal, même s’il ne dépasse pas 3%, représentent quand même une somme importante quand il s’agit de s’engager sur 10, 20 ans ou plus. Bonne nouvelle, le remboursement est différé.

Mais le PTZ ne représentera qu’une partie de votre financement, il vous faudra donc trouver le reste auprès de votre banque. Acheter sans apport est encore un eu compliqué. Si vous avez un PEL ou un CEL, c’est le moment de les casser.

Vu l’état des finances du pays, profitez-en pendant qu’il est temps de la faire !

PTZ et APL accession : une année de sursis pour les primo-accédants ?
Note