aide financière

Fichage Banque de France, sans emploi, surendettement : peut-on emprunter en étant dans une situation financière désespérée?

Les problèmes financiers peuvent être d’ordres multiples : situation financière catastrophique, sans salaire, fiché bancaire, incident de paiement, problèmes d’argent dans le couple, surendettement… Etre dans une de ces situations, et avoir besoin d’un crédit, ça ne va pas ensemble. S’adresser à une banque pour emprunter malgré un fichage crédit : pas envisageable. Quelles sont les solutions possibles pour emprunter quant tout va mal ?

 

Etre dans la galère financière : le crédit est-il possible ?


Faire partie de la longue liste des interdits bancaires, faire un crédit en étant sans emploi et sans allocation chômage, se sortir du surendettement… Autant de situations qui ne sont pas évidentes à vivre, surtout quand on a besoin d’argent pour réaliser un projet précis. A lire aussi, sur le même sujet, nos articles détaillés :

 

 

Etre fiché BDF : comment s’en sortir ?


Les plus téméraires et les moins calculateurs doivent faire attention à ne pas tomber dans la spirale du surendettement. On tombe très vite dedans, surtout quand on est au chômage depuis longtemps et qu’on touche les minima sociaux. Mais cela peut arriver à tout le monde, même avec un CDI, un CDD, et des missions d’intérim à répétition.

Le fichage Banque de France pour les nuls

C’est à prendre au sens figuré, pas au sens propre, on peut tous s’y retrouver un jour sur un malentendu, on garde donc profil bas, même avec un bon salaire.

Etre fiché, c’est avoir son nom sur un des trois fichiers gérés par la BDF : les incidents de crédit (FICP), les incidents de paiement (FCC) et le fichier des surendettés. Si les deux derniers ne permettent pas d’emprunter à un organisme financier, c’est possible en apparaissant sur le premier, mais à quel prix ?

Se déficher rapidement

Ne plus apparaître sur le fichier FICP est capital quand on veut à nouveau emprunter de l’argent à une banque. Le fait d’y être est très mal vu. Pour le banquier à qui on vient de demander un crédit, cela signifie qu’on n’est pas capable de gérer son argent et ses dettes. Ne pas avoir réussi à assumer un échelonnement de règlement dans le passé n’est pas un bon point en sa faveur.

Ce qu’il faut faire : solder les crédits en cours. D’accord, vous n’avez pas l’argent pour le faire, et c’est le serpent qui se mord la queue. Tout va dépendre de votre priorité. Si vous avez un besoin urgent d’un nouveau crédit, il faut bien réussir à trouver des solutions pour ne plus être FICP, c’est-à-dire rembourser tous les prêts en cours avant de formuler une nouvelle demande.

 

Emprunter autrement


Un célèbre candidat à la présidentielle affirmait à son adversaire qu’il n’avait pas le monopole du cœur. Et bien les banques n’ont pas le monopole du portefeuille, ne leur en déplaise. On peut biaiser pour répondre à l’urgence, en prenant garde de ne le faire que si on a les capacités de remboursement sur le long terme. Ne vous infligez pas une situation encore plus précaire qu’elle ne l’est déjà si vous n’avez pas les moyens d’emprunter.

Mettre ses objets en gage

Le mont de piété n’est plus trop à la mode, il fut pourtant une époque ou déposer ses objets de valeur en gage contre de l’argent était monnaie courante pour réussir à boucler les fins de mois. Beaucoup de pays émergeant fonctionnent d’ailleurs avec ce système, les philippins, pour ne citer qu’eux, y recourent presque systématiquement chaque mois.

mont de piété

Le principe est simple : c’est un crédit avec intérêts. On vient rechercher son bien quand on peut rembourser. Pour un fiché bancaire, c’est une aubaine : il n’y a pas interrogation des fichiers. Pour en savoir plus sur le prêt sur gage, se rendre au Crédit Municipal de Paris. La banque a des succursales dans d’autres grandes villes françaises. Condition sine qua none : posséder quelque chose de valeur à mettre en gage…

Mettre sa propriété en gage

Attention danger ! Opter pour un rachat de crédit quand on est propriétaire de son bien immobilier, c’est prendre le risque de tout perdre si on ne peut plus payer ses mensualités. A faire seulement si on est certain de pouvoir rembourser le prêt.

Le réméré est un système de crédit souvent utilisé en Belgique. Le principe est simple : on vend sa propriété sur le court terme, et on règle un loyer au nouveau propriétaire. A la fin du contrat de réméré, on lui rachète le bien a un prix fixé par avance dans le contrat. C’est une façon d’avoir du cash tout de suite, mais qui coûte assez cher à l’emprunteur au final. Là encore, tout est une question d’urgence.

La tentation de l’étranger

Connaître des difficultés financières en France peut pousser la personne ayant besoin d’un prêt d’aller voir dans les autres pays européens ce qu’il s’y passe. C’est légal. Mais attention tout de même : les emprunteurs ne sont pas protégés aussi bien qu’en France dans certains pays, et la différence de législation peut en désarçonner plus d’un.

D’une façon générale, pour emprunter à l’étranger, dites vous bien qu’un banquier reste un banquier, quel que soit le pays où il exerce. Ce sont donc vos revenus et votre taux d’endettement qui vont le convaincre de vous prêtez de l’argent. Etre sympathique et souriant n’a jamais aidé à décrocher un prêt, d’autant plus que les décideurs sont souvent au niveau N+2 (au moins).

Se prêter de l’argent de particulier à particulier

C’est tendance de ne pas passer par une banque pour emprunter. On peut donc aller voir sa famille, ses amis, même si les questions d’argent finissent souvent pas ternir les relations, donc à éviter. Reste les sites de prêt PAP, qui permettent à un particulier d’emprunter directement à une autre personne.

Attention aux pièges : on ne répond jamais à une petite annonce, et pour déposer un dossier de prêt, on passe toujours par une plateforme ayant pignon sur rue comme Prêt d’Union. En matière de prêt PAP, il y a beaucoup d’arnaques, donc on ne va que vers ce qui est sérieux, et surtout, on se méfie des propositions trop belles pour être vrai. Les miracles n’existent pas quand il s’agit d’argent, donc ne soyez pas trop crédules, les escrocs pullulent sur la toile.

Là encore, il ne faut pas croire au Père noël. Les prêts entre particuliers nécessitent de monter un dossier de crédit en béton, et les justificatifs demandés sont les mêmes que ceux des banques. Un fichier FICP aura peut de chance de passer entre les mailles du filet, et c’est mieux pou lui s’il n’a pas réglé sa situation en amont.

Emprunter quand on est chômage


Ne pas avoir d’emploi ne signifie pas qu’on ne peut plus consommer. Bien sûr, il va falloir revoir ses besoins à la baisse, mais même une personne au RSA peut réussir à emprunter une petite somme si le besoin s’en fait sentir, à condition de contacter les bons organismes pour cela.

Faire un micro crédit

Quand on parle de micro crédit, on évoque souvent une somme ne dépassant pas les 3000 euros. C’est une aide pour les petits revenus, et les demandeurs d’emploi en font partie. Avec un micro crédit, on peut acheter une voiture d’occasion, ou bien trouver les fonds pour monter sa boîte.

Ce sont souvent des associations qui relaient le micro crédit auprès des populations qui se retrouvent dans une certaine difficulté financière leur rendant difficile l’accès aux banques. Parmi elles, on a notamment l’ADIE, qui met tout en œuvre pour que l’initiative économique devienne une réalité. Pour bénéficier de ce micro prêt, il faut contacter l’association avec un projet sérieux de création d’entreprise. Ce micro crédit pour chômeur est souvent accordé à un taux d’intérêt proche de zéro. Il serait bête de ne pas en profiter si on veut devenir son propre patron.

Emprunter auprès de la CAF

La caisse d’allocation familiale a toute une liste de prêt à disposition des plus démunis (à condition qu’ils puissent quand même les rembourser).

Le prêt d’honneur arrive en tête des crédits accordés. Cet argent doit servir à améliorer les conditions de vie de la famille. Faire réparer sa voiture pour pouvoir aller travailler en fait partie (un exemple parmi tant d’autres).

Etre en difficulté financière, c’est aussi avoir besoin d’argent pour s’acheter des meubles, ou pour changer de machine à laver. C’est pourquoi la CAF a créé le prêt électroménager, qui permet de s’équiper en profitant d’un prêt à taux 0, remboursable en petites mensualités de 30 euros par mois. Attention : certaines CAF vont imposer que l’allocataire prenne à sa charge une partie de l’achat, ce n’est donc pas toujours un financement à 100%.

Parmi les autres prêts de la CAF, on trouve également le prêt travaux qui permet d’avoir les moyens pour rénover son logement si celui-ci est insalubre.

Taper à la porte de Pôle Emploi

Parmi les organismes qui peuvent aider une personne au chômage à trouver un petit crédit, il ne faut pas oublier Pôle Emploi. En cas de création d’entreprise, les dispositifs ACCRE, NACRE et EDEN sont là pour permettre au demandeur d’emploi de trouver un crédit pour monter son entreprise. Se renseigner auprès de son conseiller assedics pour en connaître toutes les modalités (avec maintien des allocations possible pendant un certain temps).

A l’impossible nul n’est tenu, et les situations qui paraissent désespérées offrent souvent une petite porte de sortie de crise. A vous de savoir la trouver et de l’ouvrir à bon escient.