racheter ses crédits

Rachat de crédit pour tous (fonctionnaires, propriétaires, locataires, retraités) et pour tout type de prêt (personnel, immobilier, consommation, revolving) : les courtiers

Pour consommer ou pour acheter son logement il faut emprunter, et ces emprunts il faut ensuite les rembourser. La vie n’étant pas toujours bien faite, il arrive que les dépenses augmentent alors que les revenus stagnent, voir pire, diminuent. Dans ce genre de situation, vous disposez d’une solution : le regroupement de crédit pour un particulier en difficulté. 

 

Le mécanisme du rachat de crédit


Le principe est simple, un courtier pour rachat de crédit démarche certains organismes financiers à votre place, et leur propose de racheter vos dettes pour moins cher. Non-seulement ce système marche, mais cela marche aussi bien pour les fonctionnaires que pour les auto-entrepreneurs et professions libérales, que pour les retraités et personnes en difficulté financière.

Le principe de la concurrence

Admettons que vous en ayez marre de l’opérateur de votre téléphone portable. Vous allez donc rechercher un abonnement moins cher parmi tous ses concurrents. Vu le nombre d’opérateurs en France, vous n’aurez aucun problème à en trouver un moins cher.

Admettons maintenant que vos prêts immobiliers et/ou consommations vous coûtent trop. Et bien vous pouvez faire exactement la même chose : vous recherchez quelqu’un pour reprendre cette dette et vous la faire rembourser à meilleur taux. Quel est l’intérêt du repreneur dans l’histoire ? Tout simplement vous allez lui payer des intérêts à lui-même plutôt qu’aux autres. Pourquoi les opérateurs de téléphonie proposent-ils des tarifs moins chers que les autres : pour faire venir de nouveaux clients dans ses caisses.

Rachat de crédit, regroupement de prêt et restructuration financière

On parle de rachat de crédit lorsqu’une seule dette entre en jeu, par exemple pour un rachat de prêt personnel. On parle de regroupement de prêt lorsqu’il y a plusieurs dettes à regrouper, qui peuvent être de nature immobilière et consommation. On parle de restructuration financière lorsqu’il s’agit de rallonger les remboursements, ce qui occasionne un coût final plus élevé, mais rend bien service.

 

Le regroupement de crédit pour particulier en difficulté

On a plutôt tendance à utiliser le terme de restructuration financière lorsqu’il s’agit d’un rachat de crédit pour surendettés, ou pour quelqu’un se trouvant dans une passe difficile.

La différence est simple : en premier lieu un bon courtier pour rachat de crédit va tenter de faire reprendre vos dettes, avec un taux plus faible, mais pour la même durée. Au bout du compte, vous économiserez quelques milliers d’euros, notamment lorsqu’il s’agit de rachat de prêts immobilier.

Lors que votre situation ne le permet pas, le courtier va rallonger la durée des remboursements tout en limitant au maximum l’impact sur le taux. Résultat final : vos mensualités diminuent, ce qui vous permet de renégocier votre pouvoir d’achat, mais vous remboursez pendant plus longtemps.

La science du rachat de crédit dépend de divers facteurs, notamment le fait que vous soyez propriétaire, locataire, en CDD ou en profession libérale.

 

Les différents types de rachat de crédit


Le rachat de crédit immobilier

Ce sont les plus faciles à gérer, ce sont également ceux pour lesquels les consommateurs se font le plus souvent avoir par les banques. Le rachat de crédit immobilier ne comporte aucun risque pour un repreneur, les courtiers mettent un point d’honneur à obtenir le taux le plus bas possible pour ses clients. À noter que le rachat de crédit immobilier s’adresse aussi bien aux personnes en difficulté financière, qu’à celles qui souhaitent uniquement profiter des taux extrêmement bas du moment.

 

Le rachat de crédit locataire

Il s’agit donc de regrouper des prêts à la consommation, et notamment des crédits revolving. Vous avez un crédit renouvelable qui vous coûte cher ? Sachez qu’on peut le faire reprendre sans pénalités, et le transformer en un prêt personnel, avec un taux nominal jusqu’à deux fois plus bas.

Le rachat de prêt personnel

Un prêt personnel, c’est bien pratique mais ça coûte cher. On s’en aperçoit souvent toujours trop tard, quand on n’en a souscrit un rapidement. Le travail des courtiers est de reprendre le dossier, réunir les preuves de revenus des clients, et présenter cette dette à certains organismes concurrents. Certains demanderont la présence d’une garantie hypothécaire, d’autres accepteront le regroupement tel quel.

Le rachat de crédit quand on est à son compte

Artisans et commerçants, la peur des banques : les organismes de crédit ont peur des artisans et commerçants, se méfient des auto-entrepreneurs et chefs d’entreprise, et apprécient certaines professions libérales. Dans l’esprit du conseiller clientèle d’une agence bancaire, seul le bon revenu est un revenu pérenne. Autant dire mission impossible quand on travaille à son compte.

Lorsque les personnes travaillant à leur compte recherchent un rachat de crédit, on leur demande au moins deux bilans plus un arrêté comptable de l’année en cours, et l’on scrute de très près leur taux d’endettement. Pourtant, certains organismes de crédit sont beaucoup plus réceptifs aux auto-entrepreneurs.

Commerçants et artisans ont sans doute plus de mal qu’un médecin ou un avocat à restructurer leurs finances, c’est précisément là où les courtiers interviennent. Réunir les bonnes pièces du dossier, cibler les organismes financiers et apporter les bons arguments au chef d’agence, là-est le secret de la réussite.

Le rachat de crédit pour fonctionnaires

Gendarmes policiers et militaires, le cas particulier : les gendarmes, policiers et militaires bénéficient de la sacro-sainte notion de pérennité des revenus. En revanche, ils exercent des métiers à risques, ce qui oblige les organismes de crédit à demander la présence d’assurance emprunteur complètes. Justement, toutes ces professions sont rattachées à une mutuelle spécifique, proposant des assurances emprunteur à tarif défiant toute concurrence.

renégocier ses crédits

Ce qui est intéressant, c’est qu’il est possible d’utiliser non-pas l’assurance emprunteur de leur propre mutuelle, mais celle de l’organisme de crédit. Pourquoi : parce qu’en revanche on va négocier un TEG au rabais. Cet exercice d’équilibriste est parfaitement maîtrisé par les courtiers, dont le but est toujours le même : vous faire payer moins cher.

Enseignants et autres agents de la fonction publique

Les agents de la fonction publique sont toujours très prisés par les banques et sociétés de crédit. Surtout le corps enseignant, qui à priori ne présente aucun danger spécifique. Les banques aiment les fonctionnaires, leurs concurrentes aussi. Le conseiller clientèle est formé à trouver les bons arguments pour convaincre ses clients de ne pas procéder à un rachat de crédit.

Le rachat de crédit pour retraités

L’équilibre entre l’âge et la pérennité des revenus : tous les retraités vous le diront, c’est à la retraite que la vraie vie commence. C’est donc une bonne raison pour considérer un rachat de crédit. Se pose cependant un problème : celui de l’âge à la fin des remboursements. S’il n’est donc pas évident de pouvoir rallonger la durée des remboursements, il est souvent possible d’abaisser les mensualités tout en conservant la même date de fin de crédit.

Même les cas les plus difficiles : le rachat de crédit pour surendetté

Trouver un organisme pour faire un crédit en étant interdit bancaire et locataire, c’est possible. Il suffit de réunir les bonnes pièces de dossier, de préparer les demandeurs à l’entretien, et de convaincre le repreneur de la dette que la situation va s’améliorer.

Le cas des travailleurs frontaliers

Le cas des travailleurs frontaliers est très spécifique. Un jardinier travaillant en Suisse et vivant en France perçoit le salaire d’un ingénieur, et cela plaît aux organismes de crédit. En revanche, s’il perd son travail de jardinier en Suisse ou que pour une raison ou une autre il est obligé de revenir travailler en France, sa capacité de remboursement va être sérieusement affectée.

Et pourtant eux-aussi peuvent obtenir un bon rachat de crédit.

Le cas de l’instance de divorce

Lorsque deux personnes divorcent, celle des deux qui souhaite conserver la résidence principale doit racheter la soulte de l’autre. La soulte, c’est-à-dire sa quote-part sur le bien immobilier. Les banques n’y voient aucun inconvénient, le problème étant que si le divorce n’a pas encore été prononcé, le montant de la pension alimentaire n’est toujours pas déterminé. Le rôle du courtier pour rachat de crédit va être de préparer le dossier, et de tenir les repreneurs en haleine jusqu’à ce que le jugement soit prononcé. Il est même possible de faire reporter les mensualités lorsque la situation du demandeur est bonne.

Le cas des parents isolés

Les parents sans ressources et sans personne pour les aider se trouvent souvent en situation difficile. Ce sont souvent eux qui ont besoin de solutions pour les surendettés et les personnes fichées FICP (Banque de France). Si en plus ils se trouvent en CDD, ils auront besoin d’une assistance pour les remettre sur les rails.

Le rachat de crédit en CDD

Si vous travaillez avec un contrat à durée déterminée depuis au moins un an et demi sans interruption, sachez que vous aussi avez le droit au rachat de crédit. Il n’est même pas nécessaire d’avoir travaillé au sein de la même société, si vous avez travaillé dans différentes entreprises continuellement, vous gagnez la confiance des milieux financiers. Les organismes de crédit réceptifs à votre situation préparent votre dossier et vous permettent de vous refinancer pour moins cher.

Le cas des accidentés de la vie

La rente versée par une compagnie d’assurances à une victime d’accident de la vie n’est curieusement pas considérée comme revenus aux yeux des banques. Pourquoi : car étant non-imposable, elle n’est pas saisissable. En revanche, cette rente entre dans le calcul de la capacité de remboursement.