Prêt Senior 2018: Retraité, J’ai Emprunté 30000€

Ce n’est pas parce que vous avez atteint l’âge de raison qu’il n’est plus possible de vous faire prêter de l’argent par une banque. Qu’il s’agisse d’un prêt immobilier pour senior ou d’un prêt personnel pour retraité, c’est surtout l’assurance crédit qui va poser problème, la sur-prime à régler pouvant décourager de se lancer dans un emprunt sur plusieurs années, même si vous êtes encore en très bonne santé. À suivre nos solutions.

Vous avez plus de 65 ans ? Comment financer votre projet

Les seniors n’ont pas toujours la côte auprès des banques, même si leur compte est bien garni. Dans notre société où on ne prend plus le moindre risque, cela s’explique facilement. Mais que se passe-t-il pour ceux qui veulent déménager, en achetant plus grand, ou qui veulent enfin concrétiser leur projet d’avoir enfin une maison à eux pour profiter des beaux jours ?

Seniors : pourquoi les banques vous boudent ?

Elles n’aiment pas pendre des risques, et plus vous avancez en âge, plus vous en représentez, même si pour le moment vous êtes en bonne santé.

Les solutions alternatives de financement

2 exemples (comme quoi tout n’est pas perdu) :

  1. La délégation d’assurance : il faudra trouver votre propre assurance et la contracter individuellement en veillant à ce que la garantie décès ne soit pas hors de prix. Si c’est trop cher, trouver une caution ou bien hypothéquer vos biens.
  2. Le crédit immobilier pour senior.

Qu’est-ce donc que ce crédit immobilier pour sénior ?

Il est fait pour vous si vous êtes à la retraite. Par contre, il est plus cher, et il augmente en fonction de votre âge ! Si votre banque a mis en place un tel produit, vous pourrez y souscrire jusqu’à vos 90 ans.

Jusqu’à quel âge peut on faire un prêt immobilier?

La limite c’est qu’il n’y en a pas ! La loi ne dit rien là dessus, ce sont donc les banques qui fixent leurs propres règles. Et elles ne sont pas les mêmes si vous avez 40 ans ou si vous en avez 70 ! Pour une fois, ce sont les jeunes qui sont favorisés par leur banquier.

Mais l’espérance de vie s’allonge, et il faut bien que les banques s’adaptent à cette nouvelle réalité. On peut aussi avoir un projet immobilier passé 60 ans, la preuve c’est que les seniors sont de plus en plus nombreux à acheter, même à Paris, où les prix atteignent des sommets, et dans l’ancien. Après tout : qui a encore les moyens d’acheter dans la capitales à part les seniors ?

Vous avez – de 65 ans ?

Alors tout va bien. Les difficultés ne devraient pas être si terribles, et les primes d’assurance pas plus élevées que si vous aviez 45 ans. Des assurances spécialisées voudront bien encore vous prendre en charge. En plus, pas besoin de souscrire à une assurance « perte d’emploi ».

C’est au dessus de 65 ans que les choses se compliquent

Et surtout au niveau de l’assurance décès-invalidité liée au crédit. C’est là qu’il faudra vous rapprocher de la convention AERAS ((S’assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé).

Le saviez-vous ? Vous pouvez diminuer vos mensualités à partir de la retraite et le prévoir au contrat si vous souscrivez un prêt pendant que vous êtes encore actif.

Les taux de l’assurance emprunteur décès/invalidité

Si vous êtes jeune, ils sont autour de 0,30%. Au dessus de 66 ans, à condition qu’il y ait une offre standard de la part de la banque, on peut monter à 1,75% !

Un crédit pour retraité : oui, mais avec assurance

Si vous voulez vous en passer, c’est possible, à condition que la banque l’accepte, mais rappelons toutefois que si par malheur l’emprunteur décède avant terme, et qu’il n’y a pas eu de garantie souscrite, ce sont les héritiers qui prendront la suite.

Les grandes banques ont compris qu’elles devaient composer avec les seniors, l’allongement de la durée de vie étant une réalité. Elles adaptent donc leur contrat, en reculant la limite de souscription, ou en la prolongeant. Chez Axa, il est même possible d’aller jusqu’à 90 ans…

C’est l’assurance qui pose problème

Et encore, il faudra se coller une visite médicale serrée, et pas un simple questionnaire de santé où vous vous engagez sur l’honneur. Toutefois, les questions posées ne porteront que sur les 10 dernières années. Pas besoin donc d’évoquer votre opération de l’appendicite étant enfant.

D’une façon générale, sachez que les compagnies d’assurance ne vous feront pas de cadeaux, car si l’une d’entre elles vous accepte, ce ne sera pas sans une bonne contrepartie financière.

Comment faire pour avoir un taux le plus bas possible

D’abord, les assurances ne sont pas seigneurs et maîtres. La loi a changé à ce sujet, et elle permet de prendre un prestataire qui n’est pas celui de sa banque, autrement dit, vous allez pouvoir faire jouer la concurrence (attention, les garanties doivent être identiques).

Mais cela ne fonctionnera que si vous avez des contreparties à offrir. Ainsi, si vous possédez déjà une solide assurance vie, où êtes déjà propriétaire, c’est un avantage indéniable. Les disparités de prix d’un organisme à un autre peuvent représenter plusieurs milliers d’euros de différence sur la durée du remboursement. D’où la nécessité de les mettre en concurrence.

Convaincre votre banquier

Car les taux d’intérêts n’ont jamais été aussi bas, il n’y a pas de raison que seuls les jeunes puissent en profiter. 2% sur 15 ans, auxquels il faudra quand même ajouter l’assurance, qui est l’écueil principal d’un crédit quand vous avez dépassé l’âge fatidique.

Comment faire ?

Pour convaincre votre banquier, tout va dépendre de la somme demandée, de la durée de remboursement et de votre âge au moment de l’emprunt. Emprunter à 80 ans est plus difficile que de le faire à 70 (c’est l’âge auquel le prêt doit être terminé), car pour beaucoup d’établissements financiers, c’est la limite.

Le prêt sénior CMP Banque

Malheureusement, la banque n’est plus en activité. Elle n’a plus d’activité commerciale (le site Internet existe toujours pour les associations). Pas la peine de téléphoner pour prendre un rendez-vous. Toutefois, les dossiers de crédits qui sont en cours continuent d’être traités.

Bon à savoir : possibilité de contacter à la place le Crédit Municipal de Bordeaux, car les conditions du prêt étaient très intéressantes. Il allait de 1 an à 120 mois, commençait à 1525 euros, et s’adressait à tous ceux qui avaient 80 ans maximum à leur dernière échéance.

Peut importait la raison : il pouvait s’agir d’un voyage, de travaux dans son habitation ou d’un coup de pouce à la famille, avec la possibilité de s’en servir pour regrouper ses crédits.

Emprunter avec le crédit social des fonctionnaires

Il peut s’agir de l’achat d’un véhicule, d’un nouveau logement, de travaux dans son habitation (même de grande ampleur), ou bien d’achat de meubles, de matériel electro ménager : bref de tout ce qui est possible pour améliorer sa vie. On peut aussi faire une demande si on a besoin de se soigner.

Par contre, ce n’est pas réservé à tous, puisque seul les adhérents retraités du CRESERFI peuvent en bénéficier. Si vous êtes dans ce cas là, adressez votre demande au FNASS (mais c’est le CSF qui gérera votre dossier).

Pour un achat immobilier, il peut s’agir de changer de résidence principale ou bien de se lancer dans l’achat d’une résidence secondaire. L’âge ne doit pas être un frein pour avoir des projets.

Les prêts des caisses de retraite

Elles ont encaissé toute votre vie active, à elles maintenant de vous rendre la pareille. Et certaines le font plus que bien, puisqu’en plus de verser la pension elles permettent d’aider à faire une acquisition immobilière, s’il s’agit de la résidence principale.

Bien souvent, cette aide (le prêt) s’obtient sous conditions de ressource, et il faut avoir cotisé pendant un moment. La durée dépend des caisses de retraites, généralement entre 1 et 5 ans.

Pour le prêt, là encore, le montant n’est pas le même partout. Difficile quand même de réussir à emprunter plus de 15000 euros. Au niveau de tous, c’est du simple au double, et bien moins intéressant que le prêt bancaire actuel, donc renseignez vous bien avant de souscrire.

Un exemple : les prêts sociaux de la CNRACL

Il ne suffit pas d’en faire la demande pour qu’un de ceux-ci soit accordé, mais c’est un bon début, car les taux sont vraiment compétitifs. Avant de faire sa demande, il faut veiller à ne pas être en difficulté financière.

Celles-ci entraineront un refus automatique. Un conseil : renflouer vos découverts et soldez vos petits prêts à la consommation. Et le jeu en vaut la chandelle car les intérêts ont de 0 à 0,75%, et sont calculés d’après les ressources du demandeur. Si vous ne gagnez pas beaucoup, vous avez des chances pour ne pas payer d’intérêts.

Bon à savoir

Attention : il faudra justifier de l’utilisation de l’argent, celui-ci devant entrer dans les thèmes éligibles : santé, décès, travaux dans la maison ou dans l’appartement, urgence (changer sa machine à laver, sa voiture en panne…).

Ensuite, conditions liées à la retraite CNRACL : celle-ci doit être la pension principale et ne pas dépasser 1654 euros. Offre réservée aux moins de 80 ans.

La convention Aéras

Si personne ne veut vous assurer, pensez-y, car l’assurance est toujours demandée quand on fait un crédit immobilier. Sans elle, il faut faire une hypothèque sur un bien déjà existant ou sur son contrat d’assurance-vie.

C’est là qu’intervient la convention Aéras. Elle est destiné à ceux que l’assurance rejette pour des problèmes de santé graves, comme un cancer par exemple. Elle va garantir ce risque aggravé auprès de l’assureur, qui reste malgré tout le dernier décideur.

Important

La convention Aéras n’est donc pas une assurance, mais simplement une extension de celle-ci. Elle à un coût important, mais permet de se couvrir, même si on n’a pas l’âge requis. Il y aura donc une surprime à payer, pour faire face au risque aggravé de santé.

Dans tous les cas, ne mentez pas sur votre état de santé, même si vous êtes en rémission, cela pourrait un jour vous jouer des tours. De toute façon, il y aura sûrement des résultats d’examen de santé à fournir. Mieux vaut remplir le questionnaire avec son médecin.

Pour votre information

Bon à savoir : la convention AERAS est disponible auprès de tous les assureurs. Mais ils n’ont pas la même façon de l’utiliser, de la prendre en compte, et de l’accepter (ou non, un refus étant toujours possible).

Si les portes ne s’ouvrent pas facilement, il peut être bénéfique de passer par un courtier en assurances qui va ratisser large pour trouver un organisme voulant bien vous assurer.

Notre conseil : retraités, ne vous laissez pas abattre par le temps qui passe ! Atteindre le bel âge, c’est aussi la garantie pour la banque d’avoir une pension de retraite qui tombe chaque mois, à la différence d’un cadre dont on ne sait s’il sera toujours en pote dans 20 ans ! Vous avez donc, vous aussi, des arguments à faire valoir pour faire un crédit, et cela même si vous avez dépassé les 50, les 60, ou les 70 ans. Le monde change, l’espérance de vie aussi, et il va bien falloir que les banques s’y fassent.

A lire aussi :