Micro-crédit pour intérimaire: l’ADIE et le FASTT signent un nouvel accord pour 3 ans

Les intérimaires ne le savent peut-être pas toujours, mais ils peuvent eux aussi bénéficier d’aides financières pour monter leur boîte, à commencer par le micro crédit. Comme pour les demandeurs d’emplois, c’est l’ADIE qui gère en partie les dossiers, grâce à la convention triennale qui vient d’être signée avec le FASTT. Une façon de contourner les difficultés d’obtenir un crédit bancaire quand on n’est pas en CDI.

Le dispositif de l’ADIE à disposition des intérimaires

Le problème quand on travaille en intérim, c’est que les banquiers font la moue quand il s’agit d’aller leur emprunter de l’argent. La France reste le pays du sacro saint CDI, en sortir du moule n’est pas apprécié. Pour un banquier, un intérimaire est un client « borderline ».


A lire aussi : le micro crédit de la Banque Postale


Heureusement, le FASTT et l’ADIE se sont entendus

Pour permettre à celui qui travaille en intérim de pouvoir s’insérer professionnellement en bénéficiant lui aussi d’un micro crédit. Pour un intérimaire, ce coup de pouce financier peut représenter une porte de secours quand toutes celles des banques se ferment à double tour.

Le crédit classique n’est donc plus la voie royale pour obtenir de l’argent, il y a d’autres chemins détournés pour les créateurs ( à condition de ne pas avoir un projet trop coûteux en besoins de financement).

A quoi doit servir le micro crédit ?

Le but ultime de cet argent reste l’insertion professionnelle, ou sociale. Heureusement, ce sont des domaines assez larges qui permettent à un intérimaire de pouvoir répondre à deux besoins vitaux (ou presque) : la voiture et le logement.

Sans véhicule, difficile de se rendre de missions en missions. On peut donc avoir besoin de passer son permis de conduire, d’acheter une voiture d’occasion, ou de faire réparer son véhicule. Même chose pour le logement : le travail peut faire qu’on ait besoin de déménager, et cela coûte de l’argent.

Attention : ne pas confondre micro-crédit et prêt à taux zéro. Il y a des intérêts, et le taux fixe tourne autour des 7%, à quoi s’ajoute souvent des frais de dossiers (ces derniers peuvent varier, tout va dépendre de la somme empruntée).

Les modalités du micro crédit pour intérimaire 

Qu’il s’agisse de sa voiture, de son logement, ou de tout autre projet qui rentrer dans les cases, on peut emprunter de cette façon jusqu’à 3000 euros. Mais si cette somme est en priorité destinée à ceux qui sont rejetés par les banques, il faut tout de même avoir une réelle capacité de remboursement. Toucher le RSA ne sera donc pas suffisant, d’autant plus que la durée de remboursement la plus élevée sera de 3 ans.

Sachez que ce sont les banques qui distribuent l’argent, mais que le projet doit être monté avec l’aide de l’ADIE ou du FASTT. Bénéficier de cette aide permet d’être suivi pendant toute la phase de remboursement. Il ne faut donc pas se rendre dans son agence bancaire, même si son conseiller est sympa.

Pour mettre toutes les chances de votre côté

Il faudra fournir une liste de documents. Si monter un dossier de micro crédit est assez simple, il faudra tout de même avoir avec soi ses fiches de paie et le devis de la dépense envisagée. Un premier entretien téléphonique suffira à enclencher le processus, et à vérifier que vous êtes bien éligible.

En définitive, les intérimaires bénéficient de certaines aides proche de celles qu’on accorde parfois aux demandeurs d’emplois, comme pour le micro-crédit. C’est l’occasion de pousser un petit coup de gueule : travailler en intérim est une façon d’exercer son activité comme une autre, et il faudrait bien que ces banques si frileuses commencent un jour à le prendre en compte.