Défichage Banque de France : le guide pour ne plus être dans les fichiers FICP ou FCC

Avoir un incident bancaire, au cours d’une vie, cela peut arriver à tout le monde. Un compte non provisionné, un chèque impayé, et on rentre dans la boucle infernale, avec souvent au bout un fichage Banque de France, avec l’inscription qui va avec. La radiation des fichiers FCC et FICP devient alors un objectif, et cela aussi rapidement que possible même quand on a des petits revenus. Reste qu’il faut connaître la procédure pour cela afin de ne pas perdre de temps dans des méandres administratifs qui ont des conséquences, forcément, sur le quotidien, en particulier sur les possibilités d’emprunt.

Suis-je fiché Banque de France ?

Au moindre paiement rejeté, posez-vous la question, afin de pouvoir prendre au plus vite les mesures qui s’imposent. Sachez que tous les fichiers n’ont pas la même incidence. Ainsi, le FICP implique l’impossibilité de faire un nouveau crédit, avec comme but avoué d’éviter d’avoir recours à un plan de surendettement. L’origine de cette inscription étant une ou plusieurs échéance non remboursées par le passé.

Si vous ne pouvez plus payer, la BDF vous évite alors de tomber encore plus bas. Car faire un crédit sans travailler n’est pas recommandé

Obligation

Dès que vous allez voir une banque pour un prêt, elle consultera systématiquement le fichier des incidents de crédit. C’est son premier réflexe, préalable à tout accord.

Elle est donc informé de votre situation bien avant de débloquer les fonds. Il n’y a pas d’obligation de refus de sa part, mais dans une telle situation, vous ne trouverez aucune banque assez folle pour vous prêter de l’argent. Elles sont les seules à pouvoir s’informer de la sorte : votre patron, un particulier ou un commerçant n’y ont pas accès.

Pour qu’elles raisons suis-je FICP ?

C’est une fois que la sanction est tombée que l’on s’interroge, hélas. Et personne ne se retrouve là par hasard. Deux mensualités non réglées, et c’est le couperet, la BDF est automatiquement avertie. Toutefois, vous serez averti avant la Banque de France, et ce 1 mois avant. Ce délai vous laisse le temps de procéder à la régularisation du litige, surtout si vous avez prévu d’emprunter prochainement pour un autre projet.

Attention : si vous êtes en situation de découvert, c’est aussi considéré comme un crédit. Si vous rester 2 mois sans repasser positif (+ de 500 euros de découvert), vous devenez aussi FICP.

Enfin, si vous avez demandé un dossier de surendettement, vous y serez aussi. Et là, adieu les projets d’acheter une nouvelle voiture, de devenir propriétaire sans apport ou de faire un prêt conso, au moins le temps que tout rentre dans l’ordre (cela peut être très long).

Le défichage FICP : pas qu’une question de temps

L’inscription dure 5 ans, et peut aller jusqu’à 8 ans pour les surendettés, avec une période de probation de 3 ans dans tous les cas pour ces derniers. Pour en sortir, on peut donc attendre que le temps passe, sans rien faire pour régulariser. Mais si on a la vie devant soit pour réaliser ses projets à 18 ans, c’est moins vrai à 40. Mais 5 années à attendre, c’est une éternité, surtout quand on doit affronter les refus des banquiers les uns après les autres.

La solution : rembourser ses dettes, et demander que votre inscription soit levée (laissez tomber le prêt FICP dans un autre pays, mauvaise idée). Pour se faire, c’est à l’établissement de crédit d’apporter la preuve de votre règlement à la Banque de France. Pour les surendettés, la procédure est différente.

Tout dépendra des arrangements qui ont été trouvés avec les créanciers sur l’échelonnement des remboursements. Si au contraire, le juge prononce un rétablissement personnel, qui n’est rien d’autre qu’une faillite à l’échelle d’un particulier, le délai est incompréhensible et la « peine « est maximale : 8 ans. En contrepartie, les dettes sont effacées : une procédure exceptionnelle pour ceux qui ne peuvent vraiment rien payer.

Comment rembourser quand on a pas d’argent de côté ?

Pour trouver de l’argent ailleurs que sur ses comptes épargnes, on peut passer par le rachat de crédit. Cela permettra d’avoir moins à rembourser chaque mois, même si pour le coup, les mensualités vont être beaucoup plus étalées dans le temps.

Mais pour pouvoir envisager cette alternative, mieux vaut avoir du répondant, les organismes financiers restant très frileux face à un demandeur FICP, et il est très dur de trouver un rachat de crédit quand on est interdit bancaire.

Ainsi, si vous êtes propriétaire, vous pourrez tentez votre « chance » pour obtenir un rachat de crédit hypothécaire ou une vente à réméré (vous continuerez à habiter dans votre logement), avec les risques que cela comporte de perdre son toit si les rentrées d’argent attendues ne finissent jamais par arriver…

Autre possibilité : se rendre au Crédit Municipal (il y a des agences à Paris mais aussi dans plusieurs grandes villes), appelé autrefois Mont de Piété pour y déposer ses objets de valeur. On parlera alors de prêt sur gage. Ce n’est pas une vente à proprement parlé, mais plus une mise en dépôt contre de l’argent, on attendant de pouvoir rembourser le prêt (si tel n’est pas le cas, votre bien sera mis aux enchères).

Il peut s’agir d’un bijou, d’un objet d’art, d’un tapis précieux, de grands crus… Tout à condition que cela ait une petite valeur marchande.

En cas de surendettement, nous vous conseillons de ne pas rester seul face à tous cela est de vous faire accompagner par une association ayant l’habitude de ces situations. Cresus est la plus connu d’entre elles. Pensez aussi au prêt CAF pour les dépannages.

Le fichier FCC

A ne pas confondre avec celui précédemment cité. Ici, nous sommes vraiment dans l’interdiction bancaire : plus de chéquier et plus de CB (la faute à des dépenses non provisionnées), mais encore la possibilité d’emprunter. Le seul point commun : c’est encore la BDF qui s’y colle et qui centralise les informations.

fichier FCC

L’inscription sur ce fichier est donc encore due à des incidents de paiements suite à de qu’on appelle un chèque en bois (ou sans provisions) ou d’un mauvais usage de sa carte bancaire. Pour résumer : les paiements ont été rejetés par la banque car il n’y a pas assez de sous sur le compte.

Si tel est le cas, ne paniquez pas : votre conseiller vous informera avant de vous ficher FCC. Vous recevrez chez vous une lettre vous invitant à régulariser. Si vous ne le faites pas, vous serez au centre d’une interdiction judiciaire : vous ne pourrez plus payer par chèque et il faudra rendre votre carte bancaire.

Le défichage anticipée du fichier FCC

Le tarif pour une inscription (à cause d’un chèque) est de 5 ans, et de 2 ans pour une carte bleue, si la régularisation n’a pas été faite avant. Vous pouvez la faire dès que vous le désirez. Pour cela, il faut régler les chèques impayés, en provisionnant la somme suffisante sur son compte qui sera bloquée, ou en allant payer en liquide.

Une fois que le commerçant a récupéré son du, il faut qu’il informe votre banque de cela. Elle aura 2 jours de son côté pour prévenir la BDF que tout est rentré dans l’ordre. Vous pourrez alors récupérer vos moyens de paiement.

Attention aux fichages abusifs

Ils arrivent plus souvent qu’on ne le pense, la faute dans de nombreux cas à une mauvaise communication. Si vous n’êtes pas d’accord avec la décision rendue, vous avez toujours la possibilité  de saisir un médiateur. De la même façon, si vous voulez consultez les informations qui vous concerne sur les fichiers FCC et FICP, vous êtes en droit de le faire.

Il suffit de vous rendre dans une agence de la Banque de France avec votre pièce d’identité, sans avoir pris rendez-vous auparavant. La même chose est possible par courrier, n’oubliez pas de joindre une photocopie de votre CNI à votre demande.

Comment s’en sortir ?

Etre fiché abusivement peut avoir des conséquences désastreuses, car si rien n’est fait pour vous déficher, c’est 5 ans sans pouvoir faire de chèques, deux ans sans pouvoir avoir de carte bancaire, cinq longues années sans avoir la possibilité de faire un crédit, durée portée à 8 ans s’il y a du surendettement dans l’air. Si vous avez régler toutes vos dettes, il n’y a aucunes raisons pour que cela continu.

fichage abusif

Vous devriez être sorti de la liste noire, mais parfois, les banques sont négligentes sur ce sujet. Ne vous laissez donc pas faire, et mettez en demeure l’établissement qui devait informé la BDF de le faire immédiatement. Votre dernier recours si cela n’avance toujours pas : la saisi de la commission national de l’informatique et des libertés.

La meilleure façon d’être défiché, c’est de ne l’avoir jamais été. Apprenez à gérer votre budget pour que cela n’arrive pas, et allez-y doucement avec les crédits à la consommation : ils sont la cause de bien des ennuis, surtout quand on a de petits revenus.