credit chômage

Crédit revolving pour chômeur et interdit bancaire: peut-on faire un prêt sans fiche de paie ou en étant FICP ?

Les personnes au chômage ont toutes les peines du monde à obtenir un crédit classique. Si la raison en est logique : le manque de pérennité de leurs revenus, l’accès à un prêt pourrait pourtant les aider à retrouver du travail. La situation est encore plus délicate lorsque l’on est interdit bancaire ou fiché à la banque de France. Heureusement, des solutions comme les prêts d’honneur de la CAF et le micro crédit social viennent compléter le recours au crédit revolving.

[adsense_id=”1″]

 

Obtenir un prêt sans fiche de paie pour un chômeur


Ce n’est pas tant la présence d’un bulletin de salaire qui convaincra une banque ou une société de crédit, mais plutôt l’assurance qu’il percevra des revenus suffisants jusqu’à la fin des remboursements.

Or, le simple fait de mettre en avant une allocation de chômage ne suffit pas, car elle prendra fin à l’issue de la durée légale. Ce facteur empêche la plupart du temps les chômeurs d’emprunter.

 

Emprunter en étant FICP


Une personne n’ayant pas remboursé certaines de ses mensualités pourra se retrouver inscrite au Fichier des Incidents de Crédits aux Particuliers de la Banque de France, à la demande de l’un des créanciers.

Cette inscription est un véritable handicap, car il est quasiment impossible d’obtenir un prêt pour interdit bancaire et FICP. Effectivement, avant d’accorder un emprunt, banques et sociétés de crédit s’assureront que le demandeur n’est pas inscrit au FICP. Elles se livreront à ce contrôle, même si elles ont affaire à une personne travaillant en CDI ou à un agent de la fonction publique titularisé.

Le crédit revolving : sans justificatifs de revenus


Puisque trouver un organisme de crédit en étant interdit bancaire est une mission impossible, beaucoup se tournent vers le crédit revolving.

En quoi consiste le crédit revolving ?

Il s’agit d’une trésorerie automatiquement renouvelée par les remboursements de l’emprunteur. La particularité de ce prêt à la consommation est qu’il est simple et rapide à ouvrir. C’est donc la solution préférée de celles et ceux qui cherchent à demander un prêt personnel sans justificatifs de revenus. Il est connu sous les noms de crédit permanent ou renouvelable, et réserve d’argent.

Quels sont les justificatifs demandés pour faire un crédit revolving ?

Dans le meilleur des cas, on ne demande qu’une quittance de loyer et un RIB, dans le pire des cas on voudra voir un relevé de compte. Il est clair que cette solution représente un crédit pour chômeur et interdit bancaire facile à obtenir, mais attention. Un crédit vous engage et doit être remboursé, le prêt revolving notamment peut inclure un TEG élevé.

[adsense_id=”2″]

Le crédit renouvelable pour FICP


Emprunter en étant FICP peut se faire par l’intermédiaire du crédit revolving, il est même possible d’obtenir ce crédit à la consommation sans fiche de paie.

Le montant prêté peut être très faible, mais suffisant pour faire le pont entre une fin de mois difficile et une rentrée prochaine d’argent.

Le montant du crédit revolving

Plus l’on demande une somme importante, plus le prêteur aura besoin de justificatifs, mais en revanche plus le taux sera faible. L’échelle des taux de prêts renouvelables varie de 10 % à 20 %, pour un montant ne pouvant pas dépasser le montant maximum des prêts à la consommation : 21 500 €.

Des grandes sociétés de crédit comme Cételem n’accordent pas de crédit revolving au-delà de 6000 €, d’autres comme Mediatis peuvent s’engager jusqu’à 10 000 €. Des établissements comme Sofinco et Cofidis acceptent d’ouvrir des réserves d’argent jusqu’à la limite légale de 21 500 €, à la suite d’un véritable parcours du combattant administratif.

Les prêts pour interdit bancaire et FICP


prêt interdit bancaire

Lorsque les personnes sans emploi ou inscrites au fichier des incidents de crédits aux particuliers de la Banque de France ne peuvent pas emprunter, la caisse d’allocations familiales et les micros crédit viennent à leur secours.

Les prêts d’honneur de la CAF

Les chômeurs ainsi que les personnes à faibles revenus peuvent obtenir un prêt à taux zéro délivré par la CAF, c’est ce que l’on appelle le prêt d’honneur. Chaque caisse d’allocation familiale départementale applique des plafonds d’emprunt spécifiques aux besoins de ses prestataires, cependant il s’agit toujours de prêts à taux zéro.

Le prêt voiture de la CAF

Un prêt d’honneur peut notamment servir à financer l’achat d’une voiture d’occasion, à réparer un véhicule ou à payer l’assurance. L’important est que ce véhicule soit destiné à l’insertion professionnelle du demandeur.

La voiture concernée doit donc lui permettre de se rendre sur un lieu de travail ou de formation. Si l’intéressé réunit entre autre ces conditions, il pourrait recevoir 1830 €, voir 3500 € sur accord spécial de la commission des finances.

Le prêt mobilier et biens d’équipement de la CAF

Les prestataires de la caisse d’allocations familiales se trouvant en grande difficulté financière, peuvent solliciter un prêt d’honneur pour acquérir des mobiliers et biens d’équipement. Il peut s’agir, toujours selon les départements, d’équipement électroménager, d’ordinateur ou de mobilier de première nécessité.

A lire : tous les prêts CAF

La solution du micro crédit social


Lorsque trouver un organisme de crédit en étant interdit bancaire est impossible, le micro crédit social est la solution. S’il ne s’agit pas d’un prêt à 0 %, il s’adresse aux personnes dont l’instabilité de la situation les exclus du système bancaire traditionnel.

Il est également connu sous le terme de micro crédit personnel, bien qu’il puisse contribuer à financer une formation professionnelle.

Le montant d’un micro crédit social varie entre 300 € et 3000 €, en cas de projet personnel bien défini il peut même aller jusqu’à 12 000 €. Le taux est négociable, et généralement située entre 2,5 % et 8 %, il ne peut pas inclure de frais de dossier.

Obtenir un prêt d’honneur ou un micro crédit

Qu’il s’agisse d’obtenir un prêt d’honneur de la CAF ou un micro crédit, le demandeur ne va pas directement s’adresser au prêteur, mais à un accompagnant social. L’idéal est de contacter le centre communal d’action sociale (CCAS) de la mairie de son domicile, afin d’y rencontrer un travailleur social.

Ce dernier réunira les pièces du dossier, à savoir des justificatifs prouvant la faiblesse des revenus du demandeur. Il portera lui-même le dossier à la caisse des allocations familiales ou à une banque partenaire, s’il s’agit d’une demande de micro crédit.